Madame de Saint-Yves

Qui a oublié "Césarine"?

Madame de Saint-Yves

Retour  

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (6)

  • 1. | 19/06/2011
Je me souviens bien de Césarine, j'en tremble encore
denisbarthelemy
  • 2. denisbarthelemy | 18/02/2012
Mais où est passée Césarine ? Question posée aux participants d'un conseil de classe (profs, censeur, etc) par Mr Maillac, notre proviseur (1963 ?). Cela fut rapporté aux élèves par plusieurs professeurs "morts de rire".
C'était la consécration du surnom que nous lui avions attribué, peu après son arrivée ! Elle allait ainsi rester pour toujours "notre Césarine", elle qui voulait, en criant, nous faire monter en rang un par un. Nous avions 17/18 ans et plus :-) Une belle histoire.
algardy
  • 3. algardy | 21/01/2013
Je m'en souviens aussi de Césarine et des nombreuses heures de colle (le samedi bien sûr) pour n'avoir pas la bonne couleur de "blouse" (tablier). Les filles devaient porter un tablier, pas les garçons, bien sûr...
Avant les congés, on nous dictait toujours un texte :"Le jours de la rentrée, la blouse sera bleue (ou jaune)". Quelle honte si vous aviez la blouse jaune parmi 300 blouses bleues...
Peut-être quelques filles de ma génération s'en souviennent-elles ?
Bonnefont
  • 4. Bonnefont | 11/04/2013
Moi, je m'en souviens...des blouses et de Césarine
catherine
  • 5. catherine | 04/05/2013
Notre petit César, armée de son sifflet, souvent habillée de rouge ou de noir, faisait régner un ordre quasi militaire... Dès qu'on la voyait on se sentait coupable! Quant aux blouses, qui devaient être marquées à nos noms, que celle qui ne s'est jamais trompée de couleur se fasse connaître!
grachus
  • 6. grachus | 19/11/2014
Eh oui! Nous étions jeunes et timides... C'est vrai qu'on préférait ne pas se faire remarquer....
Longtemps après, en terminale, nous avions Mr Kohl (orthographe non garantie) comme surveillant général. En janvier 1968 j'étais en train de fumer une cigarette dans la cours de récré, ce qui était strictement interdit! Mr Kohl est arrivé, mégot au bec: "Ah, ah! En train de fumer! Vous connaissez le tarif? - Oui M'sieur... - Deux heures de colle! - Oui M'sieur.... Et tout cela sans que son mégot ne quitte le coin de sa lèvre... C'était ainsi avant mai 68: les profs et surveillants avaient le droit de fumer, mais pas les élèves... Il ne faisait qu'appliquer le règlement, et c'était normal... Je n'avais qu'à ne pas me faire prendre....
Je me rappelle aussi le cigare de Monsieur Jean, qui nous expliquait "que le mariage d'amour c'était le Havane, mais le mariage de raison c'était la SEITA...." Nous admirions tous Monsieur Jean et sa distinction: il arrivait parfois en Jaguar au lycée....
Je voudrai terminer ce commentaire par un grand merci à nos anciens professeurs et aux talents qu'ils ont mis en œuvre pour former les jeunes qui, pour la plupart, "ont bien réussi" grâce aux valeurs qu'ils ont su, avec nos familles, nous inculquer.
C'est vrai que mes professeurs de "sciences nat " (Madame Durand, Madame Caire, et d'autres dont j'ai oublié le nom) ont su me passionner et ont joué un rôle dans mon orientation future vers médecine. Encore un grand merci!

Ajouter un commentaire